S'abonner

4 raisons imparables qui expliquent la fiabilité des outils vérifiés par Oracle

De nombreuses entreprises peinent à comprendre et donc à gérer leurs licences Oracle. À présent, elles ont heureusement la possibilité de recourir à un outil de gestion des actifs « certifié » ou « vérifié » par l’éditeur de Santa Clara.

En fait, Oracle ne certifie pas les outils utilisés, mais dispose d’un processus qui permet de vérifier les données recueillies au moyen d’outils de gestion des actifs logiciels (SAM).

Acquérir cette vérification est compliqué : c’est une démarche qui exige de l’expertise et une certaine obstination. Mais c’est également un processus dont les avantages dépassent le cadre de l’inventaire des produits Oracle et qui, à terme, améliore l’efficacité de la gestion de vos actifs logiciels.

Nous allons étudier en quatre points en quoi cette « vérification » est un puissant atout pour la gestion et l’optimisation de votre parc de licences Oracle.

D’abord, que signifie l’expression « vérifié par Oracle » ?

Le processus de vérification permet à Oracle de certifier l’exhaustivité des données collectées par un outil technologique. Il certifie également que les données sont acceptées en cas d’audit en lieu et place des données mesurées à l’aide des outils d’Oracle. Ces données vérifiées concernent l’installation et l’utilisation des produits Oracle, mais également la configuration matérielle et virtuelle de vos serveurs.

Actuellement, la vérification concerne les produits Database, Database Options et Fusion Middleware, même si seulement quelques éditeurs de logiciels SAM couvrent ces trois familles de produits. Nous sommes fiers d’être l’un deux, d’autant plus que ces bases de données et options représentent 80 % des problèmes de conformité rencontrés par nos clients.

Si l’utilisation d’un outil vérifié n’évite pas aux entreprises de faire l’objet d’un audit, une vérification garantit l’exactitude et l’exhaustivité des données recueillies, ce qui leur permet d’élaborer une stratégie de réponse adaptée. Ce processus concerne la collecte de données complètes et exhaustives, première étape cruciale vers une gestion efficace des actifs logiciels.

Voyons à présent comment la vérification peut vous aider.


USU est reconnu comme un prestataire complet pour les options Middleware, Database et DB. À propos de « triple threat »

Lire le communiqué de presse


Raison 1 : des données « vérifiées » sont des données « dignes de confiance ».

À l’image des sessions de formation intensive (Boot Camp) proposées par Oracle, la vérification est un processus rigoureux qui a pour objectif de certifier la fiabilité d’un outil de découverte et la maîtrise des attributs d’Oracle. Nous sommes bien placés pour le savoir, car nous sommes passés par là !
Le processus de vérification se répète chaque année, de sorte que vous avez la certitude que les données collectées sont toujours fiables. Année après année, notre solution USU Software Asset Management fait l’objet d’un audit, et sa capacité à générer les données demandées par Oracle est soumise à une évaluation continue. Une telle rigueur nous aide à améliorer nos outils, affiner notre capacité d’analyse et suivre le rythme imposé par Oracle et ses développements.

Comment fonctionne le processus ? Pour acquérir et conserver le statut « vérifié, Oracle nous remet un cahier des charges technique, un ensemble de spécifications à intégrer et un calendrier de remise des résultats. À partir de ces spécifications, nous développons le « bloc d’inventaire » de notre solution tout en acquérant une connaissance approfondie de la manière dont Oracle interprète les données collectées à propos de l’installation et de l’utilisation. Les résultats sont ensuite envoyés, analysés, et la vérification confirmée ou invalidée par Oracle.


Raison 2 : la vérification améliore l’optimisation de vos licences Oracle

Le processus de vérification dépasse largement le cadre de la « capture » de données brutes : une fois la vérification acquise, c’est la preuve d’une connaissance approfondie de métriques et de pratiques qui réduisent la marge d’erreur en matière de gestion des licences Oracle. Lorsque les données brutes sont identifiées et interprétées par un éditeur non vérifié qui n’a pas accès aux spécifications d’Oracle, la marge d’erreur est nettement supérieure.

En effet, la vérification se focalise sur la capacité d’un outil à soumettre à Oracle des données brutes précises et complètes au lieu d’utiliser ses propres outils. Si la collecte de ces données brutes est essentielle pour valider le processus de vérification et envoyer des données à Oracle, ce n’est pas suffisant pour gérer vos licences Oracle.

Les données brutes doivent être interprétées pour démontrer la conformité de votre entreprise quant à l’utilisation qu’elle fait des produits et des options. En outre, l’interprétation des données détermine également les mesures à prendre pour optimiser les licences et réduire les risques de non-conformité vis-à-vis d’Oracle.

Au cours du processus de vérification Oracle appliqué par USU, les spécifications initiales fournies par Oracle ont joué un rôle essentiel pour comprendre l’approche de l’éditeur quant à la gestion des licences et à son interprétation des données brutes. Ces connaissances nous ont donné la possibilité d’améliorer le processus d’optimisation des licences Oracle pour le compte de nos clients.

Par ailleurs, la capacité à interpréter les données avec efficacité nous permet de mettre en avant une interprétation différente lorsque la position d’Oracle est défavorable au client.


Avec USU, la Centrale d’Achat de l’Informatique Hospitalière (CAIH) a procédé avec succès à l’analyse de conformité de son parc de licences Oracle et de son accord de licences illimitées (ULA).

Lisez l'étude de cas


Raison 3 : un outil vérifié est confidentiel et sécurisé

Oracle n’offre aucune garantie en cas de violation des données ou de faille des systèmes, de sorte qu’il est difficile de concilier les exigences d’Oracle en matière de vérification et vos propres préoccupations sur le plan de la sécurité.

Fort heureusement, vous n’êtes aucunement obligé d’exécuter les scripts Oracle dans votre système, dans la mesure où l’éditeur accepte les données recueillies par un outil vérifié. Avec la solution USU Software Asset Management, vous pouvez accéder à toutes vos données brutes et interprétées, seules les données requises par Oracle étant extraites et communiquées à l’éditeur.

Raison 4 : le processus de vérification renforce votre expertise

Être vérifié par Oracle marque la première étape d’une bonne gestion des licences. La qualité de l’interprétation des données brutes constitue l’élément différenciateur ultime entre différents outils SAM vérifiés. C’est ici que l’expertise professionnelle entre en jeu.

L’expérience accumulée au cours du processus de vérification permet aux prestataires de solutions SAM d’optimiser les licences Oracle et d’en déterminer la conformité avec une efficacité accrue au moyen d’un outil vérifié.

À titre d’exemple, nos consultants utilisent la solution USU pour comparer l’interprétation faite par Oracle des données brutes et leur propre compréhension des données. Cet exercice est utile pour repérer les faux positifs (traces d’activation de produits qu’Oracle comptabilise comme une utilisation) par rapport à une utilisation effective (traces d’activation qui correspondent à un usage réel), ce qui constitue un enjeu majeur dans le monde de la gestion des licences Oracle.

Autre problème important, certains packs sont activés dans Oracle Enterprise Manager en cochant une simple case. Cette activation implique l’achat d’une licence supplémentaire, mais en l’absence d’utilisation vérifiée, il est possible de l’annuler. Vous pouvez utiliser notre solution de gestion des licences Oracle pour identifier ces problèmes, mais ensuite, quelle est la marche à suivre ?

Grâce à notre expertise, nous savons où orienter nos recherches parmi les données brutes que nous collectons. Il est essentiel de disposer de solides connaissances pour s’y trouver son chemin dans les subtilités et les méandres des paramètres d’Oracle.

Gestion des licences Oracle : la vérification n’est que la première partie de l’histoire

Mais même vérifiées, les données brutes n’ont qu’une utilité limitée. Un outil vérifié vous renseignera quant à la conformité et à la situation de vos licences, mais il n’est pas capable d’identifier les possibilités d’optimisation.
Dans votre quête d’un partenaire spécialisé dans la gestion des licences Oracle, la vérification ne doit pas être votre seule considération. Théoriquement, la vérification permet aux clients d’Oracle de contourner ses outils de mesure pour soumettre leurs données. Dans la pratique, le recrutement de spécialistes ès licences Oracle et des investissements en R&D contribuent à l’efficacité d’une solution d’optimisation Oracle.

En vous permettant de travailler côte à côte et de voir ce qu’il peut découvrir, une preuve de concept (PoC) est une méthode plus probante pour évaluer la qualité d’un partenaire SAM. Une démonstration de produit constitue une solution encore plus simple et sans engagement, le plus important étant d’identifier l’outil SAM qui répond à vos besoins, et non l’inverse.


Maîtrisez vos coûts grâce à l’optimisation des licences Oracle pour Fusion Middleware, Database et DB Options.

Découvrez comment avec une démo >>

Partager l'article :
Philippe Bonavitacola

Philippe Bonavitacola

Philippe Banavitacola a rejoint USU en 2017, suite à l'acquisition d'EASYTRUST, acteur français incontournable du SAM pour Oracle. Avec plus de 25 ans d'expérience dans le secteur informatique, Phillipe a travaillé en tant que développeur (sécurité bancaire, services d'externalisation pour ATOS) avant de rejoindre Easyteam en 2006 en tant que responsable du développement, puis directeur technique, où il a géré le développement de produits (surveillance informatique, optimisation Oracle et collecte de données) et les activités de conseil technique. Ich est actuellement directeur technique chez USU SAS.

Transformez vos connaissances en matière de service à la clientèle !

Autres articles intéressants :